Les tendances informatiques que je prevois en 2013.

Voeux 2013

Vœux 2013

Nous sommes à la veille de 2013, les préparatifs du réveillon se préparent. Nous avons  survécu à la fin du monde, à la fin de l’Ere Maya, il ne s’est rien passé à Bugarach (en France) ni à Chichent Itza (au Méxique).  La fin du monde n’a pas eu lieu, mais il faut penser à notre planète, à la faune et la flore qui est en mauvaise état.

Nous allons partir sur une nouvelle année pleine de rebondissements, de joies, de surprises, de nouveautés, de nouvelles sollicitations commerciales, d’impulsions d’achat. Le marketing va se mettre à plancher sur les nouveaux concepts, les nouveaux désirs.

Je mets le signe de 2013, sur le retour vers la Nature, vers les vrais valeurs, vers la Terre et la Mère nourricière et aussi la communication entre les hommes. A quoi sert Internet dans un monde désert ?

Nous allons voir fleurir les prédictions diverses et variées sur la crise, la Syrie, le chômage, la naissance de l’enfant royal en Angleterre, le gaz de schiste, les technologies qui vont faire et défaire 2013.

Je vais me lancer à mon tour, dans mes petites prédilections informatique pour 2013. Je me base sur ce qui s’est passé en 2012, et mes connaissances de cordonnier (informaticien) pour lire le marc de café.

  • Je vais commencer par le cloud computing.

On parle de plus en plus du cloud computing au journal de 20 heures. « Le cloud computing est le coffre fort de vos données, c’est la sauvegarde de vos données, vos photos, vos souvenirs. Les entreprises font de plus en plus confiance. Le  directeur du centre de données utilise la reconnaissance biométrique pour accéder au DataCenter ». C’est un premier pas vers la perception générale du cloud computing avec des images d’épinal.  Je pense que nous allons progresser dans le message général sur la compréhension du grand public et donc sur l’impact dans les entreprises.

Le cloud computing est un iceberg, qui cache de nombreux impacts sur la façon de stocker et de consommer de l’information et d’intéragir. Le grand public perçoit les enjeux sous la forme d’un service pratique, sous la forme du partage d’information. Pour les entreprises ce n’est pas la même chose, c’est une perte de souveraineté. Ce sont des changements en profondeur dans la manière de concevoir et de construire le système d’information.

Adieu, le SOA, les Web Services, est bienvenue aux nouveaux arrivants REST et Restfull et aussi MemCache, les caches en tout genre, les bases NoSQL et les bus de service. Le grand Facebook arrive dans les Entreprises. Il va manger les petits barrons et les petits enfants. Plaisanterie mise à part, le paysage social va changer, être bouleversé dans les entreprises. Je vais continuer sur mon blog à échanger sur les tendances de fond, et parler beaucoup plus de la façon de percevoir et de construire le Cloud.

  • Je vois le portail d’entreprise

Le portail d’entreprise est l’arlésienne de l’informatique, il existe depuis de nombreuses années, et il va prendre une place importante, voir centrale dans les années à venir.

Il existe plusieurs portails d’entreprise, nous avons la vitrine sur internet et le site à l’intérieur de l’entreprise. La convergence entre l’entreprise et internet a commencée. Je vois un zeste de social dans le portail de l’entreprise, les utilisateurs ont besoin de s’exprimer , de devenir les acteurs de l’entreprise. Je vois des entreprises qui ont de plus en plus besoin de communiquer vers l’extérieur, d’être présentes sur internet, d’être proches de leurs clients, fournisseurs et partenaires. Je vois aussi une demande forte des utilisateurs.

D’un autre côté, je vois le mélange de genre, un portail d’entreprise dans le cloud computing, un espace de partage de fichiers, d’idées. Nous avons les Clients acteurs, les Fournisseurs qui souhaitent partager pour conquérir des nouveaux marchés, les Partenaires aussi acteurs, et les salariés Acteurs. L’avenir est aux Clients Fournisseurs Partenaires et aux Acteurs. Les portail d’entreprise et les technologies qui vont sortir du lot, intégreront les besoins de partage, et de travail collaboratif des CFPA sur le cloud computing, dans un espace sùr.

Comment ? Une pincée de poudre magique, deux doigts de savoir faire, un peu de chimie verte et surtout de l’autogestion. Il s’agit de l’élément clé, la source du social.

  • Je vais parler ensuite de Play framework.

L’avenir de Play Framework est beaucoup plus complexe à lire et percevoir. Il fait partie des premiers langages de programmation pour le cloud computing. Il a apporté des  simplifications et de la productivité aux développeurs pour les applications web.

Nous avons assisté à la naissance d’un framework hybride entre le langage java et le langage Scala. Le fossé à franchir entre Play Framework 1.2.5 (java) et le nouveau Play Framework 2.X (java – scala) n’est pas complexe techniquement parlant, ni humainement insurmontable,  il est « différent ». On ne pense pas de la même manière en Scala et en Java. Play Framework 2.X conserve les gènes du papa et apporte des nouveautés.

Le langage de programmation Java est connu et reconnu dans les entreprises, il y a de nombreux javaistes, de nombreux projets. Les développeurs recherchent, foisonnent d’idées pour simplifier, et conquérir de nouveaux espaces de liberté et de jeux. Je constate un épuisement sémantique du langage java, et je vois apparaître des nouvelles solutions autour de l’enrichissement du langage java, autour des JVMs (java virtual machine), OpenXava a ouvert la voie, JRuby (ruby), Jython, et beaucoup d’autres ont suivis.

La première version de Play Framework était construite autour de la simplification et autour de l’enrichissement du code java lors de l’exécution. On ajoute à la volée des comportements, des outils pour simplifier la vie du développeur (chargeur de classes, génération de getter() et de setter(), auto-completion, jpa, etc). Cette version est toujours opérationnelle, par contre on sent qu’elle est délaissée au profit de la deuxième version. Je remarque le langage Spring Roo se détacher du lot, avec les annotations. Il représente les espoirs des entreprises, il est totalement java, avec les avantages et la lourdeur de Spring.

Le langage de programmation Scala est encore inconnu, les médias informatique Français en parle très peu, et les entreprises sont frileuses. Il y a beaucoup d’efforts de fait, pour communiquer sur les bienfaits. Scala est un nouveau langage construit au dessus de la JVM java. Je construis un nouveau langage qui fonctionnera sur et dans les JVMs java, j’hérite de l’ADN de java et je rajoute un coté fonctionnel, de l’intelligence en plus.

Le langage Scala est mis en avant par la sociéte TypeSafe. Nous retrouvons le concepteur de Scala , Martin Odersky, le papa de Java, James Gosling, et bien d’autres dans cette société. Play Framework 2.X explore les concepts d’un nouveau langage de programmation pas comme les autres.

Nous avons deux courants complémentaires, d’un côté l’enrichissement de l’existant, la recherche de nouvelle façon de faire plus vite avec de l’existant, Spring Roo et Play framework 1.2.5, compatible avec java. Et de l’autre coté, un nouveau langage compatible binairement avec java, qui propose des nouvelles voies (play framework 2.0). D’un côté, nous avons franchit le pas de s’absoudre de java et de l’autre non. Le but ultime est de gagner en simplicité, en souplesse, en performance par rapport aux solutions existantes.

  • les autres petites taches de café..

Ce qui va changer cette année, c’est l’intégration des nouvelles tendances, la généralisation du panel de solution cloud dans le monde de l’entreprise. Le cloud computing utilise des solutions, des technologies existantes depuis de nombreuses années. Elles sont remises au goût du jour, grâce au cloud computing, grâce à la généralisation et la banalisation des usages. Personne ne se pose des questions sur l’usage d’un annuaire d’entreprise (ldap) dans une entreprise, on encourage même l’utilisation. Pourtant, d’un point de vue informatique, il s’agit d’une base de données NoSql. On n’utilise pas le SQL pour interroger un annuaire d’entreprise. Je pense que les entreprises vont (re)découvrir les usages, l’utilité et les buts des divers outils. Nous allons connaitre l’informatique et les usages jusqu’au bout des doigts (smartphones).

Dans les années 1994 à 2004, on parlait beaucoup de Visual basic, du client serveur. Les entreprises construisaient des applications jetables avec des durées de vie de quinze ans. Je pense que nous allons revenir vers les 10 glorieuses. En période de crise, on recherche les moyens de faire mieux, de faire simple avec moins de moyens, de nos jours, on parle du client serveur sur le web. Les outils autour du langage java vont devenir les nouveaux Basic.

Je ne vais pas parler des tablettes, ni des processeurs ARM et Intel, ni d’Apple et de Samsung,  je pense qu’il y aura beaucoup d’encre sur ces sujets. Nous allons vers une simplification des usages, des frontières et vers les gisements d’économie de demain.

  • Pour terminer,

Je pense que je me suis écarté du chemin de mon blog. J’ai rédigé un article complexe pour les néophytes informatique. C’est très difficile de parler de tendance de fond sans rentrer dans la technique, le concret. Nous vivons une époque formidable, à la croisée des chemins.

La notion la plus importante à retenir pour 2013 est la confiance. La confiance crée la valeur des relations entre les hommes, et le rêve des technologies de demain.  Sans la confiance, il n’y a pas de progrès, pas d’avancée. Nous sommes passés du monde du « Quoi », du comment faire, vers le monde du « Comment » tout court. Les technologies existent, tout le monde sait faire et tester à trois mois près. Par contre, comment on assemble ? comment on réfléchi ?, qui prend les décisions ? . Comment pouvez vous me convaincre que c’est la bonne solution? que cela fonctionne ?.

Tout au fond de la tasse, il reste un petit peu de marc de café, pour vous souhaiter une bonne et heureuse année 2013 avec beaucoup de bonnes choses. Je vais reprendre mon parcours d’indépendant pour rechercher de nouvelles missions et de nouveaux clients. Je vais continuer à écrire et partager sur mon blog, et j’espère que vous serez nombreux et nombreuses à lire mes articles.

Bonne année.

PS : Madame Irma viendra vous revoir de temps en temps.

Publicités

A propos Duarte TERENCIO

Chef de projet et Architecte J2EE - Portail d'entreprise - Cloud computing Vous trouverez plus d'information sur la page "Me contacter"
Cet article, publié dans Cloud computing, Perso, Portail d'entreprise, Programmation, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Les tendances informatiques que je prevois en 2013.

  1. Ping : Les tendances informatiques que je prevois en 2013. | Mes recherches informatiques | Scoop.it

  2. Ping : Les tendances informatiques que je prevois en 2013. | Un regard ... | Mon play Framework | Scoop.it

  3. Ping : Les tendances informatiques que je prevois en 2013. | Un regard ... | Portail d'entreprise, ITIL et cloud | Scoop.it

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s