Vendre un produit qui n’existe pas ou presque.

J’ai lu dans un livre, pour vendre un produit, il faut savoir le vendre quand il n’existe pas (ou presque) . C’est une démarche un peu étrange, un peu farfelue, un peu déroutante. On commence par créer la demande, avant de montrer, convaincre et de démarcher les premiers clients prospects. Si la démarche est convaincante, que le projet génère des commentaires, des réactions, des contacts, on tient une pépite. On commence par parler du produit, par décrire l’utilité , par proposer des cas d’utilisation et réfléchir aux perspectives de gains pour les clients finaux. C’est un monde un peu à l’envers.

Après une phase de réflexion sur cet notion, j’ai décidé de tenter l’expérience, d’écrire et de décrire un produit semi-virtuel, malgré la peur de me faire voler l’idée. Le produit va être illustrer avec des slides brouillons, des images sur d’autres produits, ou sur des fonctionnalités. C’est un exercice délicat, qui tient un peu de l’équilibriste. Il y a des passages qui seront flous pour le lecteur, et aussi une partie magie (de la création). Je me lance dans la vente d’un concept de produit, avant production, avant exploitation. C’est une idée, avant un produit viable minimum, avant une commercialisation. Je pense que des lecteurs vont crier au loup à la lecture de cet article et ensuite adhérer ou pas. Je remarque de plus en plus une tendance sur la création de buzz avant de vendre une maquette ou un produit.

NB :  je me pose un ensemble de question, après la rédaction de cet article. Comment créer un écosystème, une communauté autour d’un produit ?, comment monétiser un produit qui n’existe pas ? comment déterminer le retour sur investissement, sans créer le projet ? Créer une entreprise sur un produit qui n’existe pas? Une idée peut être voler, reprise, monétiser par une autre personne, un groupe ou une grosse entreprise, d’un autre coté, c’est le moyen de faire connaitre des idées et de tisser des partenariats. Une idée ne suffit pas, il faut passer à l’action, réfléchir, investir , capter le besoin, la tendance et aussi trouver les premiers clients.

Par ou commencer ?

Une entreprise informatique et non informatique d’une certaine taille, dispose de nombreux logiciels, des fichiers XLS, des documents au quatre coins de l’entreprise. Les fichiers , les données sont disponibles dans les divers programmes, dans des bases de données diverses, sur des machines diverses , sur le cloud ( le nuage), sur des lecteurs réseaux. La donnée est éclatée, segmentée  dans diverses applications, la consolidation des informations, la valorisation des données est devenue une aventure complexe et aussi un besoin vital pour l’entreprise. On parle de plus en plus de connaissance de la donnée, de connaissance du client et des besoins, de Big Data.

Si je prends par exemple, une entreprise de livraison de machine à laver. L’entreprise dispose de plusieurs dizaines d’applications. Une application pour la gestion du stock, une application pour la facturation, une application pour les clients, un site web de commerce électronique, une base de données avec tous les prix des machines, une base de données pour la gestion des réclamations clients, une base de données fournisseurs, une base de données sur les commandes, sur les clients. Les données sont hétérogènes et dispersés. Le système informatique d’une entreprise est fragmenté en plusieurs morceaux. De nombreuses entreprises disposent d’un progiciel ERP (planification des ressources de l’entreprise) ou d’un logiciel de CRM pour la Gestion de la Relation Client, qui couvre un ensemble des fonctions de l’entreprise, un périmètre donné. Il reste toujours des domaines non couverts, hors de portés et hors d’usage.

 » Une étude publiée par PwC révèle que les entreprises constatent la différence lorsqu’elles utilisent leurs données pour trouver de nouvelles sources de revenu, acquérir et fidéliser des clients ou développer de nouveaux produits et services. Toujours selon la même étude 91% des entreprises pensent à approfondir leur expertise dans l’exploitation des données dans l’année qui vient et 64% que la donnée a bouleversé leurs processus de prise de décision . »

En savoir plus sur http://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-109941-de-lintuition-a-la-donnee-le-processus-decisionnel-des-entreprises-bouleverse-1045691.php?5RxMjcSvGyujzF5C.99#Xtor=AD-6000

Le but du produit est de couvrir le périmètre qui n’existe pas, de faire communiquer les données d’une application ouvertes , d’un logiciel avec les données d’un autre logiciel, d’ajouter de l’intelligence sur les données. Il propose de créer des tableaux de bord, des alertes, des indicateurs graphiques , des alertes sur des données, de manière transverse et complémentaire par rapport à l’existant.

Comment fonctionne le produit ?.

Nous avons trois à quatre grandes étapes.

Collecter Traiter Afficher

Collecter Traiter Afficher

L’outil se connecte sur les bases de données existantes, sur des web services, sur des pages HTML, des fichiers XLS, il extrait les informations utiles, il créer un modèle de données .

L’utilisateur final donne un sens aux données

Le modèle de données est enrichi par divers procédés (des filtres, des alertes, des liens, des relations).

Les données sont ensuite afficher sur la forme de Tableau, de liste , de formulaire, et aussi sous la forme de graphique ( des histogrammes, des camemberts, des courbes, des seuils).

L’affichage s’adapte aux divers périphériques, il fonctionne sur les ordinateur de bureau, sur les tablettes et dans un moindre mesure sur les smartphones.

A quoi ressemble le futur produit ?

Par ou commencer, a quoi ressemble le futur Produit, et comment convaincre de la pertinence de l’outil qui n’existe pas ou presque. Le produit est un croisement de plusieurs produits.

  • Kibana

Kibana

L’outil kibana permet de consulter des données, de créer des tableaux, des graphiques sur des données stockées dans les index ElasticSearch.  Il permet de créer des tableaux de bord simplement, d’affiner les requête en temps réel.

L’outil est lié a ElasticSearch.

  •  NetVibes
copie ecran Netvibes

copie ecran Netvibes

L’outil Netvibes est un site web sur Internet. Il permet de réorganiser des morceaux d’écran dans une page HTML. Cette option est présente aussi dans Kibana, elle va beaucoup plus loin.

L’outil permet de créer des pages de revue de presse avec les flux RSS.

  • Google Plus
google plus

google plus

J’ai sélectionné google plus pour le coté social, les intéractions entre les utilisateurs et aussi pour la présentation , la mise en page et le design des infos.

  • Le dernier produit, correspond au portail d’entreprise.

Le produit en cours de construction permet de déployer des composants dans un portail d’entreprise, mais pas seulement.

Il permet de construire des interactions entre les composants. d’interagir avec les données.

 Combien de temps faut il pour construire cet outil ?

C’est une bonne question. Disons plus ou moins 6 mois.

Les points faibles de l’outil ?

Le point faible de l’outil se situe au niveau des connecteurs vers les sources de données. La partie connexion vers une base de données a été simplifié. Par contre l’utilisateur doit connaitre le format, les informations qu’il souhaite extraire de la base de données. Il doit conceptualiser, avec une vision du modèle des données.

Le deuxième point faible se situe au niveau de la commercialisation. L’outil permet de se connecter à diverses sources de données et de créer des tableaux de bord.

Nous avons deux modes de commercialisation possible, un mode vente de l’application, un mode commercialisation de l’usage.

La commercialisation de l’outil  à l’usage, demande la mise en place d’une unité de mesure,  le nombre de composants, le nombre de connecteur.

L’outil ne peut pas être transposer sur Internet, il ne fonctionne pas en mode héberger, ou en mode SAAS.

Il demande une connaissance, une proximité des sources de données. Les sources de données internet sont faibles.

Le résultat de l’outil est déployé sur un site web, ou dans un portail d’entreprise.

Les évolutions de l’outil.

Dans cet article, je me suis limité à décrire le fonctionnement de base de l’outil.

Que manque t’il à l’outil ?

Je lis sur de nombreux site, qu’il faut créer un PVM ( produit minimum viable) pour faire une démonstration de l’outil. Comment réduire le fonctionnel de l’outil et faire une présentation convaincante ? Je pense qu’il faut répondre à cette question avant de lancer le produit.

Conclusion

Êtes-vous convaincu sur l’utilité du produit qui n’existe pas ? Avez vous des remarques, des suggestions pour la promotion du produit. Pensez vous que le produit soit attendu ?

Je vais me lancer dans l’exercice et essayer de vendre ce produit.

A propos Duarte TERENCIO

Chef de projet et Architecte J2EE - Portail d'entreprise - Cloud computing Vous trouverez plus d'information sur la page "Me contacter"
Cet article, publié dans Perso, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s